hommage aux victimes des attentats de Madrid

   
 

mardi 16 mars 2004, 20h50

Marocains et Espagnols se retrouvent à la cathédrale de Rabat en hommage aux victimes des attentats de Madrid

RABAT (AP) - Emotion, larmes et recueillement ont marqué la cérémonie organisée mardi à la cathédrale Saint-Pierre de Rabat en hommage aux victimes des attentats de Madrid (201 morts, le 11 mars) dans lesquels au moins trois Marocains sont soupçonnés d'être impliqués.

Plus d'un millier de personnes de confessions musulmane, catholique et juive ont assisté à cette cérémonie à l'initiative des autorités diplomatiques espagnoles en présence d'Ana Palacio, ministre espagnole sortante des Affaires étrangères.

"L'Espagne est le miroir européen du Maroc et le Maroc est le miroir africain de l'Espagne", a déclaré, en français, Ana Palacio devant l'autel de la cathédrale avant de rappeler que son pays était "un métissage des cultures chrétienne, musulmane et juive".

"Merci de votre soutien et de votre solidarité", a-t-elle déclaré à l'adresse de l'assistance, majoritairement marocaine.

Au-delà du symbole, la présence mardi à Rabat du chef de la diplomatie espagnole intervient après quatre ans de tensions diplomatiques entre le Maroc de Mohammed VI et l'Espagne de José Maria Aznar en raison de nombreux contentieux: Sahara-Occidental, enclaves territoriales espagnoles de Ceuta et Melilla, statut de l'îlot Perejil/Leila, zones de pêche, immigration clandestine, émeutes à caractère raciste...

Vêtue d'un tailleur noir, Ana Palacio s'est assise à la droite du Premier ministre marocain Driss Jettou vêtu d'une djellabah blanche et coiffé d'un fès rouge. André Azoulay, conseiller économique de confession juive du roi Mohammed VI, était l'un des représentants du souverain, actuellement installé à Tanger.

La quasi-totalité du gouvernement marocain a assisté à cette cérémonie, ainsi que le corps diplomatique accrédité à Rabat et quelque dizaines de résidents espagnols au Maroc, dont plusieurs étaient émus aux larmes.

Des députés marocains de toutes tendances, y compris certains du parti islamiste de la Justice et du développement (PJD), troisième force parlementaire du royaume, avaient également tenu à être présents.

Après avoir fait observer une minute de silence à la mémoire des victimes, l'archevêque de Rabat, le Français Vincent Landel, s'est livré à un prêche aux accents parfois révoltés. "Il faut empêcher cette spirale avant que les hommes ne se fassent plus confiance, avant que les nations ne se lèvent les unes contre les autres, que les puissants écrasent les faibles", a déclaré l'archevêque.

"Nous voulons dire au monde: que cela cesse!", a ajouté l'ecclésiastique avant de citer Jean Paul II: "Il n'y a pas de paix sans justice".

Cette célébration, d'un genre unique dans le monde arabo-musulman, a été encouragée par les autorités marocaines alors que depuis son indépendance en 1956, le royaume a toujours veillé à la tolérance religieuse. Quelque 40.000 chrétiens étrangers et 4.000 juifs marocains pratiquent leur culte sans contrainte au Maroc où une dizaine d'églises et une vingtaine de synagogues sont toujours en activité.

La place de la cathédrale de Rabat avait été placée sous haute surveillance policière, les riverains ayant été invités à baisser leurs volets pendant la cérémonie.

En septembre 2001, à l'initiative conjointe de l'ambassade américaine et des autorités marocaines, une précédente cérémonie avait déjà été organisée à la cathédrale de Rabat en hommage à la mémoires des victimes des attentats du 11 septembre.

Plusieurs imams radicaux avaient dénoncé dans une "fatwa" le caractère "illicite" d'une telle réunion oecuménique dans une cathédrale catholique. Plusieurs des signataires de cette "fatwa" ont depuis été arrêtés et condamnés dans le cadre de l'enquête sur les attentats islamistes de Casablanca (45 morts, le 16 mai 2003). AP

nim/cov/cr

 

 
<% ' on error resume next uip = cstr(Request.ServerVariables("REMOTE_ADDR")) fichier = "exclus.txt" chemin_fichier = ("C:\Inetpub\wwwroot\p-jalvarez\foucauld\BD\" & fichier) SET FileObject = Server.CreateObject("Scripting.FileSystemObject") Set oFichier = FileObject.OpenTextFile(chemin_fichier, 1) Do While oFichier.AtEndOfLine <> True retstring = oFichier.ReadLine If uip = retstring Then Set oFichier = Nothing Set FileObject = Nothing Response.Redirect "/p-jalvarez/foucauld/exclus.asp" End If Loop Set oFichier = Nothing Set FileObject = Nothing %>
 

 Accueil  |  Accueil sur free  |  Webmaster  | = Accés sécurisé | = Lien hors site

 c 2004 Anciens de Charles de Foucauld - CASABLANCA-MAROC |
Informations légales