Les billets du jour de Jean-Michel IRATCHET

 

SOMMAIRE

Billet du jour N°1 :
Billet d'Humeur

Je me souviens d'un temps assez lointain maintenant, ma mémoire peut donc me jouer quelques tours, où je fréquentais dans Casablanca une école dont le seul nom, entouré des mystères du désert, animait dans mon imaginaire les personnages des romans de Joseph Peyré ou de Pierre Benoît. Charles de Foucauld en était le nom.
Certes je n'ai oublié ni mes copains ni mes professeurs dont les noms et les visages ont été un peu estompé par l'œuvre du temps, mais surtout je me souviens de ces matchs acharnés de foot qui se jouaient dans la cour à la grande récréation et qui sonnaient, bien souvent, le glas de nos galoches, prélude à un retour mouvementé à la maison.
Jusqu'au jour où, nec plus ultra, l'on pouvait mettre aux pieds ces fabuleuses chaussures de foot, achetées "derrière les planches" et qui avaient la particularité de n'avoir pas de crampons mais des barrettes en cuir, qui du reste s'usaient diablement vite…
On se prenait alors pour des Kopa, Fontaine, Di Stefano, Gento, Arraquistain et autres gloires de l'époque…la vie nous appartenait et notre insouciance était grande.
Les résultats de ces rencontres entre classes "rivales" et les commentaires plus ou moins élogieux sur les prestations de tel ou tel, meublaient nos conversations de gamins.
Mens sana in corpore sano, disaient nos professeurs, et ils avaient bien raison. Le sport est une école de la vie par les valeurs qu'il véhicule : dépassement de soi, excellence, partage.
Le sport à Foucauld c'était aussi une "religion" .

Je sais qu'il est pudique, mais il m'avait bien semblé voir une larme perler au coin de l'œil de notre ami José, lorsque lui a été remis "son" maillot du Real de Madrid à son nom et dédicacé par les plus grands joueurs de cette équipe. Et que dire des dédicaces sur la maillot "jaune" d'Eduardo, (même les filles ont signé), maillot qu'il conserve précieusement, comme un véritable saint suaire sportif…
Tout cela c'était Foucauld, et se perpétue aujourd'hui au travers de l'actualité heureuse du sport, car amitié généreuse, pour moi et pour beaucoup d'autres le Real Madrid n'est pas une équipe ordinaire, puisque c'est celle de.. José et Eduardo.
Amitiés six quatre
à tous les Foucaudiens citoyens du monde

Jean-Michel

Remonter

12/03/2004

Billet du jour N°2 :
L'information

Il ne m'appartient pas critiquer le choix d'un peuple souverain, quoique…
Il ne m'appartient pas non plus de porter un jugement sur la façon dont ce terrible attentat a été politiquement traité, quoiqu'intimement convaincu que les ministres concernés en charge de ce drame aient été "sous influence" de leurs conseillers en communication. Sublime profession, sans responsabilité,  qui consiste à faire parler les autres et souvent les envoyer au casse pipe. Dans "conseiller en communication" il y a conseiller et l'on sait depuis bien longtemps, n'est-ce pas monsieur de La Fontaine que les conseilleurs ne sont pas les payeurs.
Non mon billet d'humeur concerne seulement la façon dont les médias de télévision comme de radio nous ont informé sur le sujet.
Craignant la foudre, je précise que je n'ai rien contre les journalistes, surtout ceux qui font du journalisme d'agrément.
Mais il est vrai que dans notre beau pays, on peut critiquer à peu prés tout le monde, du Pape au Président de la République, sauf…. (Silence censuré !)
Non,  ceux que je vise ici ce sont ces journalistes d'information,  qui s'abattent sur un fait "d'hiver", le printemps ce sera pour le 20 mars, comme une vol de gerfauts hors du charnier natal...
Je leur reproche leur professionnalisme à la petite semaine, leur à peu prés, leur manque de discernement, tant ils sont prêts à aboyer avec la meute !
J'ai entendu, comme beaucoup d'autres, sur les ondes de la première radio de France, que les explosifs utilisée avaient été volés chez nous dans l'usine Titanite (Je n'invente rien) et que la piste basque était donc confirmée. Quelques jours après,  victime de l'iceberg de l'enquête, le Titanite va sombrer…engloutissant son journaliste sur la plage arrière de son camion régie.
Quelle n'a pas été non plus ma stupéfaction de voir tel expert en terrorisme, affirmer péremptoirement dés les premières heures pourquoi ce lâche attentat était l'œuvre d'ETA, organisation pour laquelle, bien que Basque, je n'ai aucune sympathie, puis de le retrouver, quelques temps après, nous affirmer avec aplomb qu'il voyait là la patte d'Al Quaida et encore plus tard dans la nuit nous expliquer la connivence probable entre ces deux organisations terroristes. Je ne suis pas expert en la matière, mais je parierai un bouton de culotte qu'une de ses affirmations s'avérera exacte.
J'ai pu également écouter tel autre, présenté, sous-titre à l'appui, une fois comme expert,  une fois comme avocat, peut-être était-il avocat - expert  ? A moins que ce fût expert en avocats, mangues, papayes et autres fruits exotiques ?
J'ai aussi détaillé avec intérêt la poubelle dans laquelle a été retrouvé une cassette de revendication, enfin j'aurais mieux fait de dire "les poubelles", ayant cru un moment que nous étions invité à faire le tour de Madrid dans l'ustensile. L'une était parallélépipédique, la suivante cylindrique, la troisième façon Decaux, la quatrième grillagée…. La fière Madrid n'était-elle pas en train de devenir la "poubelle ville du monde ?" Affligeant.
J'en passe et des meilleures, je deviendrai lassant…. Jusqu'à ce midi où, sur ma chaîne préférée, on  m'a affirmé, avec la mine grave de "celui qui sait", avoir dés la première heure désigné le coupable. Gagné ! On en revient au pari du bouton de culotte. CQFD.
On pourrait en rire, s'il n'y avait en toile de fond, morts, souffrances et larmes.
Ce que je regrette c'est que depuis le début de cette tragédie nous ayons été ballotté dans un océan de désinformation, de défaut d'analyse et d'investigation, de manque de modestie aussi, car il apparaît qu'il vaut mieux dire n'importe quoi plutôt que de ne rien dire.
Et s'il y a une chose dont j'ai une sainte horreur c'est bien celle d'être pris pour un idiot…quoique, de vous à moi, être traité d'idiot par un incapable me procure toujours un bien-être délicieux...
Les citoyens que nous sommes sont en droit d'attendre des journalistes qui traitent de l'actualité, tant l'impact de leurs dires et de leurs images est important sur l'opinion publique, qu'ils fassent leur métier correctement, avec précision, factuellement, sans céder à la facilité.
Un ami journaliste me disait, il a déjà quelque temps, que quel que soit le sujet abordé, il y aurait inévitablement parmi les auditeurs une personne dont c'est ou c'était la spécialité. Ayant toujours cela à l'esprit ça le contraignait à la modestie et le forçait à l'excellence.
Voilà édictée une règle fort simple qui éviterait de propulser sur le devant de la scène cette nouvelle "variante" de journaliste,  qui a déjà sévi à Timisoara, le "journaliste perroquet".
Information oui, désinformation, non
Faisant "amande" honorable je demande par ailleurs et par avance pardon aux perroquets pour ce rapprochement peu flatteur.

Amitiés six quatre
à tous les Foucaudiens citoyens du monde

Jean-Michel

PS (ce qui ne veut pas dire Parti Socialiste) : il y a aussi d'excellents journalistes qui font  de l'excellente information et qui parfois en meurent, chapeau bas pour eux. Mais parle t'on des trains qui arrivent à l'heure ?

Remonter

16/03/2004

     
     
<% ' on error resume next uip = cstr(Request.ServerVariables("REMOTE_ADDR")) fichier = "exclus.txt" chemin_fichier = ("C:\Inetpub\wwwroot\p-jalvarez\foucauld\BD\" & fichier) SET FileObject = Server.CreateObject("Scripting.FileSystemObject") Set oFichier = FileObject.OpenTextFile(chemin_fichier, 1) Do While oFichier.AtEndOfLine <> True retstring = oFichier.ReadLine If uip = retstring Then Set oFichier = Nothing Set FileObject = Nothing Response.Redirect "/p-jalvarez/foucauld/exclus.asp" End If Loop Set oFichier = Nothing Set FileObject = Nothing %>
 

 Accueil  |  Accueil sur free  |  Webmaster  | = Accés sécurisé | = Lien hors site

 c 2004 Anciens de Charles de Foucauld - CASABLANCA-MAROC |
Informations légales